Pornsquatting, qu'est-ce que c'est ?

Le détournement de noms de domaine vers du contenu adulte, ou Porn Squatting est souvent difficile à gérer.

Les cas les plus emblématiques qui ont duré durant plusieurs années sont ceux de france2.com et france3.com.

Porn squatting

Le titulaire, un Coréen, a réclamé plusieurs millions de dollars pour les céder quand France Télévisions ne faisait que l'attaquer sur le terrain juridique, et perdre. Sa défense ? Associer le nom d'un pays à un chiffre est-il en soit litigieux ? Pas évident pour un Coréen qui ne connaît peut être pas les Leymergie & Co. Le risque de confusion est limité.

Autres cas médiatisés, Bonjourquébec.com avec le « é » a été détourné en défaveur du site touristique officiel du gouvernement du Québec. Autre affaire subtile, l'exploitation de batondeberger.com qui a parodié le slogan du célèbre saucisson « Il n'y a pas d'heures pour en sucer... ».

Le « porn squatting » suit également les personnalités, même politiques. Durant la campagne présidentielle française en 2007, mariesegoloneroyal.com (nom de naissance de la candidate socialiste) a renvoyé vers lesexemature.com.
Même la Maison blanche américaine a longtemps vu son whitehouse.com détourné vers un site pornographique.

Les procédures UDRP permettent de récupérer des noms de domaine lascifs. Dailymotion, plateforme de vidéos en ligne, a obtenu la rétrocession de dailyxmotion.com, un site pornographique. La défense de l’ancien titulaire fut la suivante : « daily motion » signifie en français « mouvement quotidien » et n’a donc pas de caractère distinctif en soi, lui permettant alors l’enregistrement du terme « daily x motion » en tant que nom de domaine. Ce dernier pouvant se traduire par « mouvement X quotidien », référant lui-même à la fréquence de la masturbation humaine évaluée comme journalière...

Son argumentaire n’a pas convaincu l’expert qui a demandé la transmission du nom.

En mai 2014, Microsoft a obtenu en UDRP le transfert des noms de domaine <msnwebcams.com> et <conejitasmsn.com> FA1404001552184 dont les pages de destination des domaines en litige sont saturées d'images et de matériels pornographiques. Les deux sites proposent des services vidéo / chat en ligne payants.

Pour lutter contre ce type de squatting, ProDomaines vous propose de surveiller les dépôts de nouveaux noms de domaine.

Vous pouvez également scruter individuellement des noms de domaine qui ont retenu votre attention.

Nos équipes sont capables d’entamer des procédures de récupération à l’amiable ou en contentieux.

Vous êtes victime d’un cas de « porn squatting » ? Contactez-nous.